Quand j'ai été touriste à domicile

La vie, ici, à Boston / Cambridge, elle te fait voir du paysage qu'il est juste à côté de chez toi. J'ai vécu les 17 premières années de ma vie à une vingtaine de kilomètres de Paris sans jamais prendre le temps de visiter, alors je me suis dit que ce serait dommage de faire pareil ici après m'être donné tant de mal pour venir !

Depuis mon arrivée il y a deux mois (déjà !), j'ai eu l'occasion de faire plusieurs fois le tour — non exhaustif — de Boston et de Cambridge, notamment motivées par la venue de mes parents et de copains. Voici donc mon premier carnet de voyage / album photo, traitant des proches environs.

Le centre ville de Boston

Je pense que j'ai commencé par faire ce que fait tout bon touriste qui visite Boston et qui ne sait pas du tout par quoi commencer : le Freedom Trail. C'est un parcours de 4 kilomètres tracé au sol par des briques rouges et passant par 16 monuments historiques de la ville de Boston, tels que des églises dans lesquelles des américains célèbres ont prié, des cimetières dans lesquels des américains célèbres ont été enterrés, des écoles dans lesquelles des américains célèbres ont étudié, ou encore des statues d'américains célèbres. Bon d'accord, surtout la statue de ce bon vieux Benjamin Franklin qui, malgré ses travaux scientifiques indéniables, a su se faire haïr des étudiants de l'UTC (voilà, je digresse déjà). Autrement, on se rend vite compte que ce sont toujours les mêmes noms qui ressortent, comme celui de Samuel Adams, un des Pères fondateurs des États-Unis possédant une bière locale à son nom, la classe1 !

Massachusetts State House Old City Hall

Ce que je trouve sympa sur ce parcours, en dehors du fait qu'il soit gratuit (marcher, c'est gratuit, et certaines visites le sont également), c'est qu'il permet de faire un tour assez complet du centre de Boston sans chercher son chemin toutes les 5 minutes. Il est assez facile d'apprendre des choses, soit en se procurant le plan-guide papier gratuit (il existe également un guide plus complet et payant au format livre) au visitor center qui se trouve au début du parcours, en lisant les panneaux ou les feuillets distribués par endroits, ou en écoutant les gens parler. J'aime bien cette dernière option car les guides mentionnent toujours des anecdotes qui maintiennent éveillé, et c'est cool les anecdotes. Je n'ai eu l'occasion d'écouter que la personne présente au micro de King's Chapel, brièvement qui plus est, donc je referai un tour plus complet et attentif un de ces jours.

Boston Irish Famine Memorial

Bien que le parcours démarre au Boston Common, le parc majeur de Boston qui ne fait — presque — qu'un avec le Boston Public Garden, il ne passe pas réellement en son centre. Je conseille de s'y attarder un peu, car c'est un parc calme et très chouette dans lequel on peut croiser des musiciens, des comédiens, et autres saltimbanques. Également, malgré la distance, je conseille de pousser le parcours jusqu'au bout pour visiter l'USS Constitution, immense trois-mâts et plus vieux navire encore en service dans le monde. La visite est gratuite mais impose un passage par l'habituel service de sécurité gargantuesque, comme on en trouve dans les aéroports. La frégate est par ailleurs lourdement gardée par des militaires de l'US Navy, ça rigole pas.

USS Constitution USS Constitution USS Constitution

Entre ces deux extrêmités, on peut souvent croiser des artistes de rue, tels que des groupes de danseurs et d'acrobates, des percussionnistes et des musiciens en tout genre, ou les habituelles statues humaines. Aucun groupe de péruviens prétendument traditionnels à signaler pour le moment, je dois dire que je suis soulagé2.

Hormis le Freedom Trail, qui prend pas mal de temps et montre une bonne partie du coeur de la ville, il y a beaucoup d'autres choses à faire et voir à Boston. Par exemple, Newbury Street est réputée pour ses innombrables magasins de grandes marques. Certains sont inaccessibles en termes de prix, d'autres sont plus abordables. Il n'est pas rare de tomber sur des périodes de grosses réductions, j'ai pu faire de bonnes affaires (bon, même si c'est ce que croit toujours le client). Bon à savoir : aucune taxe ne s'applique sur les vêtements et les chaussures dans le Massachusetts, pour les produits de moins de $175. Au-delà, seule la différence par rapport à cette valeur est taxée.

Au-delà de l'aspect shopping, Newbury Street est une grande rue très vivante. D'aspect résidentiel, toutes les boutiques se trouvent dans des anciennes maisons bourgeoises, donnant du charme à la rue. Il est possible d'y manger et boire également (bon, comme partout ici...), la bibliothèque publique de Boston est juste à côté ainsi que plein d'autres lieux intéressants, donc je pense qu'il s'agit d'un lieu à voir lorsque l'on visite la ville.

D'une manière plus générale, j'aime beaucoup l'architecture Bostonnienne. Les maisons, immeubles et trottoirs sont pour la plupart pavés de briques rouges, ce qui contraste pas mal avec le reste des constructions en bois que l'on trouve aux alentours. Les gratte-ciels ne sont pas la majorité et, même si on en trouve quand même un certain nombre, on ne se sent pas étouffé comme à New York. Ce sentiment est renforcé par le fait que la circulation est raisonnable, la ville se voulant bike friendly.

Immeuble Custom House Tower Architecture Architecture

Entre Boston et Cambridge, la Charles River

En ville, on croise constamment ces Duck Boats, à la forme étrange (et moche, soyons honnête). Il s'agit de véhicules amphibies, répliques de la Seconde Guerre mondiale, qui font un tour de la ville suivi d'une balade sur la Charles River. C'est évidemment une des attractions les plus touristiques du coin, et bien qu'en réalité assez sympa, je la déconseille. Ces véhicules sont en effet horriblement bruyants et peu confortables. Il existe un équivalent que j'ai préféré, bien que perdant son aspect amphibie : il est possible d'acheter des tickets combinants des trolley buses, bus touristiques classiques pour la route, et une croisière sur la rivière.

La balade sur la rivière est très agréable : d'un côté se trouve Boston et ses quelques gratte-ciels, et de l'autre se trouve Cambridge. On peut observer beaucoup de choses depuis le bateau. Par exemple, le (en) Citgo Sign côté Boston, seul panneau publicitaire de la ville, est aujourd'hui un véritable monument historique dont la destruction a plusieurs fois été empêchée par les résidents. Sur l'autre rive, côté Cambridge, c'est le campus du MIT qui fait face.

Citgo Sign Grand Dôme MIT

J'aime beaucoup traverser les ponts reliant Boston et Cambridge. La rivière étant très large, les ponts sont assez longs. Le (en) Harvard Bridge, par exemple, est long d'un peu plus de 650 mètres3. Je conseille de le traverser à pieds ou à vélo, le point de vue qu'il offre sur Boston, généralement surmontée de gros nuages moelleux, est superbe. J'aime beaucoup prendre mon temps sur ce pont, que ce soit en pleine journée, au moment où le soleil se couche, ou de nuit quand les gratte-ciels s'illuminent. Et pour les moins résistants, le (en) Longfellow Bridge est presque aussi agréable, moins long, et peut se traverser en métro aérien !

John W. Weeks Bridge

Les universités de Cambridge

Les fans de Ben Affleck ou de Matt Damon connaissent Cambridge comme étant la ville où ont grandi les deux acteurs. Les autres connaissent surtout ses deux universités privées : Harvard et le MIT. Elles occupent à elles seules une grosse partie de la ville et sont composées de dizaines de bâtiments. C'est assez surréaliste pour moi, étant plutôt habitué aux universités françaises : ici, chacune possède un service de police, des pompiers, des compagnies d'assurance, une banque, ... Je ne sais pas pour Harvard, mais le MIT a son propre hôpital et même un (en) réacteur nucléaire (pédagogique, mais nucléaire quand même) !

Le MIT propose des visites gratuites guidées par des étudiants. La première partie n'est pas très intéressante, ou disons plutôt, pas très touristique. On passe par des dortoirs et autres réfectoires, car cela s'adresse en fait aux parents curieux de voir dans quel environnement évoluera leur progéniture. La seconde partie est plus touristique. On passe par les bâtiments principaux, comme celui qui abrite le grand dôme ou (en) l'Infinite Corridor (251 mètres4, c'est déjà du bon couloir...), ou le (en) Stata Center dans lequel je travaille. Comme toujours, les anecdotes sont amusantes, tels que les incroyables (en) hacks ou les actions effectuées par et envers Caltech, l'ennemie jurée du MIT.

Colonne MIT Sceau

Bien que je sois passé plusieurs fois par le Harvard Yard, grand jardin au centre du campus de l'université, je n'ai pour le moment visité aucun bâtiment et ma connaissance d'Harvard est trop maigre pour être étalée ici. Il faudra revenir lorsque j'aurai des choses à raconter sur le sujet !

Harvard Yard Harvard Yard Harvard Yard Harvard Yard Harvard Yard Harvard Yard

Je n'ai pas encore eu l'occasion de vivre les rudes hivers que Boston connaît, mais de ce que j'ai vu, j'aime beaucoup le coin. Boston et Cambridge proposent à la fois un environnement calme (bien plus calme que Paris !) et animé, il est possible de pratiquer tous les sports immaginables, de se rendre à un concert génial tous les soirs, la bière est plutôt correcte, les gens sont super accueillants et intéressants, ...

J'espère bien que cet article aura fait des envieux, et que mes amis viendront me rendre visite afin que je puisse partager tout cela avec eux pour de vrai. D'ailleurs, je ne vais pas tarder à donner quelques informations sur le sujet... rendez-vous au prochain article !


  1. C'est d'ailleurs le site web de la bière qui apparaît en premier sur Google lorsque l'on cherche « Samuel Adams », la page Wikipédia du monsieur n'arrive qu'en second... 

  2. Et il n'y a pas que moi que ça inquiète ! 

  3. En réalité 364,4 smoots plus ou moins une oreille 

  4. Soit 147 smoots 

Il y a comments.

Quand je me suis enfin lancé

La vie, ici, à Cambridge, elle a un début. Je ne savais vraiment pas comment démarrer ce blog (alors c'est ça, le syndrome de la page blanche ?) donc je me suis dit : « pourquoi ne pas commencer par le commencement ? ». Brillante idée, n'est-ce pas ?

Je ne vais pas raconter ...

Lire la suite

Il y a comments.